Soins dentaires sous sédation consciente (MEOPA)

Peur du dentiste ? Une solution : les soins sous MEOPA

 

   Même si la technologie et les soins dentaires ont faits d’importants progrès ces dernières années, la peur, voire la phobie du dentiste, empêche encore trop souvent certains patients de consulter. Pour ces patients anxieux, la sédation consciente par inhalation de MEOPA peut apporter une solution.

 

Qu’est ce que le MEOPA ?

MEOPA signifie mélange équimolaire Oxygène-Protoxyde d’Azote. Depuis 2001, ce mélange gazeux est autorisé pour les soins dentaires en milieu hospitalier qui peuvent ainsi être réalisés sous sédation consciente, et depuis 2009 chez les chirurgiens-dentistes de ville.

 

Qu’est ce que la sédation consciente ?

La sédation consciente est un état particulier de détente et de bien-être dans lequel le patient se sent relaxé comme lors d’une relaxation profonde, sans pour autant perdre ni la conscience ni le contrôle de ses actes. La sédation consciente induite par l’inhalation de MEOPA permet au patient de vivre l’intervention avec une plus grande sérénité, en empêchant la peur et les mouvements incontrôlés générés par celle-ci.

La sédation consciente par l’inhalation de MEOPA n’endort pas le patient, mais le place dans un état de conscience légèrement modifié, sans toutefois altérer son jugement.

IMPORTANT : La sédation consciente par l’inhalation de MEOPA ne remplace pas l’anesthésie locale par infiltration (piqûre), mais rend celle-ci plus facile en diminuant l’angoisse de la seringue.

 

Comment se déroule l’intervention ?

Le patient qui doit subir une intervention sous sédation consciente par l’inhalation de MEOPA n’a pas besoin d’être à jeun, mais doit avoir pris une légère collation deux heures avant l’intervention.

Le praticien place un masque sur le nez du patient. Celui-ci est invité à se détendre et à respirer régulièrement par le nez. En quelques minutes, le patient se sent glisser dans un état particulier de détente (il peut ressentir des fourmillements, une impression de chaleur…), tandis que la voix du praticien le guide dans cette relaxation facilitée. Ensuite, les soins sont pratiqués normalement par le dentiste (anesthésie, soins de carie, extraction, etc.). La sédation consciente par l’inhalation de MEOPA aide le patient à se détacher des bruits et des sensations habituellement anxiogènes et à mieux vivre l’intervention.

 

Les effets secondaires du MEOPA

Ils sont rares et disparaissent quelques minutes après l’arrêt de l’inhalation : nausées, vomissements, plus rarement euphorie, agitation, pleurs, maux de tête. Le MEOPA est éliminé rapidement par les poumons. Il ne présente pas d’effet retard. Il ne s’accumule pas dans l’organisme, il n’y a donc pas de risque de relargage différé ni d’intoxication.

Le MEOPA peut être employé chez l’enfant asthmatique, diabétique (équilibré), ou encore épileptique chez qui il peut éviter l’apparition d’une crise.

 

Comment bénéficier d’une sédation consciente par l’inhalation de MEOPA ?

Jusqu'à présent, la sédation consciente par l’inhalation de MEOPA était pratiquée essentiellement en milieu hospitalier, ce qui réduisait considérablement la possibilité de recourir à cette méthode.

Mais depuis 2009, la loi autorise l’utilisation du MEOPA en dehors du milieu hospitalier. Certains praticiens ayant suivi une formation spécifique peuvent donc la proposer dans leur cabinet. La nomenclature générale professionnelle des actes médicaux n’a pas prévu de cotation pour cet acte qui est donc à la charge du patient. Selon des études, la sédation consciente par l’inhalation de MEOPA s’applique avec un taux de succès global de 93%, avec un score légèrement moindre chez les patients déficients mentaux.

 

***

 

Pour en savoir plus...

 

HISTORIQUE

C'est en 1772, que le pasteur anglais Joseph PRIESTLEY découvrit le protoxyde d'azote qu'il baptisa "gaz hilarant". Il mourut sans avoir pu appliquer les vertus anesthésiques de sa découverte chez l'homme.

Ce n'est que 12 ans plus tard qu'un dentiste, Horace Wells, utilisa le protoxyde d'azote comme anesthésique pour arracher les dents de ses patients après l'avoir expérimenté sur lui-même.

 

INDICATIONS

En Médecine, ce sont surtout les actes douloureux de courte durée (inférieure à 45 min), chez l'enfant comme chez l'adulte, comme toute ponction chez l'enfant (pose d'une voie veineuse périphérique, ponction artérielle, lombaire, réalisation d'un myélogramme …), comme la réfection d'un pansement chez le brûlé, la pose de points de suture, la réduction de fracture (ou de luxation périphérique) simple, l'ablation d'un corps étranger (écharde, hameçon...) ou la réalisation d'une infiltration articulaire.

 

Sont également des indications à l'utilisation du MEOPA, l’analgésie lors de la mobilisation d'un membre fracturé, lors de la pose d'une attelle, lors de la réalisation de radios ou d'un examen clinique par un médecin, et le transport de patients douloureux en SMUR.

 

Il est à noter que ce mélange gazeux est aussi indiqué en obstétrique, en milieu hospitalier exclusivement, dans l’attente d’une analgésie péridurale, ou en cas de refus ou d’impossibilité de la réaliser.

 

En dentaire, il s'agit de tous les soins dentaires, de durée courte à moyenne (45 minutes maxi), chez les patients anxieux/phobiques, les enfants, et les handicapés. Le MEOPA est aussi indiqué pour le traitement des urgences en traumatologie dentaire et chez les patients ayant un réflexe nauséeux incontrôlé.

 

EFFETS CLINIQUES

Les effets cliniques sont spécifiques : l’état de conscience est modifié (sédation consciente), le sujet reste vigile, réagit avec l’environnement et peut dialoguer avec l’entourage ; les perceptions sensorielles sont modifiées. L’originalité du MEOPA associe l’action anxiolytique, euphorisante (« gaz hilarant ») et l’effet antalgique. La rapidité d’action (l’effet survient en 3 minutes) et la réversibilité (en moins de 5 minutes) représentent l’autre particularité.

L’utilisation est possible chez l’enfant à partir de 4 ans (âge permettant une coopération active). Chez l’enfant plus jeune, l’administration devra être faite par un praticien familier de la méthode car le taux de succès chez les enfants de moins de 3 ans est plus faible : la concentration alvéolaire minimum efficace est supérieure à celle des enfants plus grands. Les effets indésirables sont rares et réversibles en quelques minutes : les nausées et vomissements sont sans incidence clinique (les réflexes laryngés sont présents), parfois une sédation plus profonde est observée, une sensation de malaise, d’anxiété peut être retrouvée chez les sujets qui n’ont pas été bien préparés.

Effets secondaires

Comme tout médicament, le MEOPA peut provoquer des effets indésirables comme des nausées (qui sont sans incidence clinique car les réflexes laryngés sont présents), une agitation (à cause d'un effet antalgique insuffisant ou d'un effet paradoxal comme décrit avec tous les produits sédatifs et anxiolytiques chez l'enfant), une angoisse (chez la personne qui se sent " partir ") ou au contraire de l'euphorie (due aux nouvelles sensations sensorielles procurées par l'inhalation de MEOPA).

Parfois peuvent survenir une perte de contact verbal, des paresthésies (picotements, fourmis) au niveau buccal, et exceptionnellement une bradycardie ou une désaturation avec au pire une apnée.

Ce qu'il faut souligner, c'est que ces effets secondaires sont rares (moins de 3 %) et rapidement réversibles dès l'arrêt de l'administration. Ils surviennent surtout en cas d'inhalation prolongée (au-delà de 40 min).

Par contre, il faut savoir qu'ils sont majorés par l'association de morphiniques et de benzodiazépines et également chez l'enfant de moins de 1 an.

 

Contre-indications

  •  Patients nécessitant une ventilation en oxygène pur.

  •  Hypertension intracrânienne.

  •  Toute altération de l'état de conscience, empêchant la coopération du patient.

  •  Traumatisme crânien.

  •  Pneumothorax.

  •  Bulles d'emphysème.

  •  Embolie gazeuse.

  •  Accident de plongée.

  •  Distension gazeuse abdominale.

  •  Patient ayant reçu récemment un gaz ophtalmique (SF6, C3F8, C2F6) utilisé dans la chirurgie oculaire tant que persiste une bulle de gaz à l’intérieur de l’oeil et au minimum pendant une période de 3 mois : des complications post-opératoires graves peuvent survenir en rapport avec l’augmentation de la pression intraoculaire.

  •  Déficit connu et non substitué en vitamine B12 ou en acide folique.

  •  Anomalies neurologiques d’apparition récente et non expliquées.

 

Les contre-indications sont peu nombreuses et sont liées à la grande capacité de diffusion du protoxyde d'azote dans les espaces organiques clos, ce qui majore les volumes et les pressions.Il s'agit en premier lieu de l'hypertension intracrânienne, des troubles de la conscience et du traumatisé crânien non évalués.Il est également contre-indiqué chez les patients ayant un pneumothorax non drainé, de l'emphysème, une embolie pulmonaire, une distension gastrique ou abdominale, un traumatisme maxillo-facial, nécessitant une ventilation en oxygène pur, ayant eu un accident de plongée. Pour finir, la température ambiante ne doit pas être inférieure à -5° C (sinon le mélange se dissocie).

   

Compte tenu de l'utilisation d'un masque nasal, toute réduction de la respiration nasale (rhume avec "nez bouché") imposera de différer l'intervention. De même pour une sinusite en cours.

 

CONCLUSION

Les soins médicaux et dentaires peuvent être réalisés sans douleurs grâce à l'administration d'un Mélange Equimolaire d'Oxygène et de Protoxyde d'Azote (=M.E.O.P.A.) : il s'agit d'un gaz inhalé à l'aide d'un masque.

Le MEOPA est une alternative sédative efficace à l’anesthésie générale, chez les adultes ou enfants peu coopérants, anxieux-phobiques, ou mentalement déficients devant bénéficier de soins dentaires.

 

Administré par inhalation, le MEOPA permet ainsi la prise en charge de la douleur engendrée par des soins ou des actes médicaux d’intensité légère à modérée et de courte durée, sans dispenser de l’utilisation des autres méthodes analgésiques, anesthésie locale en particulier. Son action rapide (3 à 4 minutes), sa durée d’action brève après l’arrêt de l’inhalation (environ 5 minutes), sa facilité d’administration et le peu d’effets indésirables en font un agent analgésique de choix.

 

   Aujourd’hui, la sédation consciente par inhalation de MEOPA est une réussite en milieu hospitalier en France. Utilisé très fréquemment à l'hôpital, dans les services de pédiatrie et d'urgences en raison de sa maniabilité et du caractère atraumatique de l'administration (on ne fait pas de piqûre, on respire ce médicament au travers d'un masque et il faut bien expliquer ce fait au patient pour un succès plus important de ce traitement), sa maniabilité permet également une utilisation extra-hospitalière dans les véhicules par les médecins et infirmiers « mobiles » des SMUR, SAMU et SDIS. Il peut également être utilisé en obstétrique en cas d'impossibilité (pas d'anesthésiste présent), de refus ou d'inefficacité de l'anesthésie péridurale.

   L’utilisation pour les soins dentaires dans les cabinets privés est très courante dans les pays d’Europe du Nord et aux Etats-Unis, mais encore rare en France, du fait que l’AMM (l’Autorisation de Mise sur le Marché) ait été uniquement délivrée pour l’utilisation en milieu hospitalier jusqu'à l'Arrêté du 30 novembre  2009 (Rectificatif d'AMM autorisant la sortie de la réserve hospitalière).

   C'est le développement de la technique de sédation consciente par inhalation de MEOPA et toutes les études cliniques réalisées ou en cours qui ont permis cette modification de l’AMM pour le secteur privé, avec malgré tout pour les praticiens souhaitant l'utiliser l'obligation de valider une formation spécifique.

 

 

 

Bénéfices de la sédation consciente par inhalation du MEOPA

 

Le taux de succès global du MEOPA chez les patients est de 93 %.

La coopération du patient est améliorée de manière significative au cours de soins. Le bénéfice est encore plus important lors de soins répétés avec inhalation du MEOPA, car il est possible d’attribuer un effet rémanent, thérapeutique de l’anxiété situationnelle. Cela donne la possibilité à une grande majorité de ces patients de devenir acteurs de leurs propres soins.

Le MEOPA va donc aider le patient à se réconcilier avec les soins dentaires ou l’aider à franchir une étape difficile, comme l’anesthésie locale, ce qui ne se produit pas après une anesthésie générale, où la peur reste malheureusement intacte. Cette technique se montre aussi efficace lorsqu’il faut traiter dans l’urgence un traumatisme ou un problème infectieux chez un jeune enfant sans expérience dentaire ou chez un patient handicapé.

Le MEOPA présente des avantages non-négligeables : efficacité et élimination rapides, durée d’action ne dépassant pas le temps de l’acte, contrairement aux autres prescriptions médicamenteuses habituelles (le patient peut conduire un véhicule en sortant). La relation effet/dose est contrôlable. Le taux de succès est élevé avec très peu d’effets secondaires, malgré l’administration d’un mélange 50/50 et l’absence intentionnelle de ré-oxygénation après l’arrêt du MEOPA.

 

En France, l'utilisation du MEOPA est réservée à des praticiens formés à la méthode, ce qui est le cas de votre chirurgien-dentiste, qui a suivi une formation agréée à l'Université de Rouen.

N'hésitez pas à lui parler de cette technique !

N.B. Le Dr BEUGNON n'assure les soins sous MEOPA que chez les adultes.

 

 

 

 

COÛT

 

En France, la technique de sédation par inhalation du MEOPA ne fait pas partie de la Nomenclature Générale des Actes Professionnels et fait donc l'objet d'un devis signé par le patient. En fonction de la durée prévisible de l'intervention, comptez entre 40 et 100€ de supplément aux actes, non remboursé par l'Assurance Maladie.